Dessine-moi un slasheur

Qu’est-ce qu’un slasheur ? Que nous disent les images choisies par les médias pour illustrer le phénomène ? De la pure banque d’image gratuite au design spécifiquement conçu par un graphiste, le net regorge d’images illustrant le slashing. Deux enseignements majeurs peuvent être tirés d’un rapide tour d’horizon visuel (qui fait souvent mal aux yeux) : 1. les représentations sont caricaturales et renvoient à des imaginaires parfois contradictoires. 2. les banques d’images ont tout à faire…

 

 

  1. Le slasheur est l’incarnation sur terre d’une divinité indienne

 

Dans la mythologie hindoue, de nombreux dieux et déesses sont porteurs de plusieurs bras, à qui sont souvent attribuées plusieurs armes différentes. Cet imaginaire est à l’originaire de la majorité des images illustrant les articles portant sur la multi-activité.

 

 

Qu’il soit homme ou femme, photo-monté ou dessiné, le slasheur a 6 bras (et il assure très bien avec cette spécificité morphologique) :

                   

Que nous apprennent ces montages hautement sophistiqués sur les slasheurs ?

  1. Le slasheur évolue dans un monde professionnel très spécifique, reconnaissable à deux accessoires récurrents : le costume et l’attaché case
  2. Le slasheur est toujours pressé, tenant d’une main un café nécessaire et de l’autre une grosse montre, comme le lapin de Lewis Caroll
  3. Le slasheur reste cependant zen : les jambes en tailleur, tout sourire… c’est le Dalaï Lama de la pluri-activité
  4. Le slasheur est « connecté » : téléphone, portable, y aurait pas du digital native là dessous ?
  5. Le slasheur, La slasheuse peut être parent, tenant un bébé d’une main, un ordinateur de l’autre

 

  1. Le slasheur Génération Y

Barbes, chemises à motifs, bureau design…Le slasheur est jeune, le slasheur est cool, le slasheur est hipster ?

   

 

  1. Le slasheur slashe à loisir 

Il y a le slasheur costume-cravate, qui jongle entre son attaché case, son café et sa montre. Et puis il y a le slasheur qui s’éclate et qui intègre dans son emploi du temps une activité « loisir ». Danse, chant, yoga…le « weasure » (cf.petit dictionnaire du slashing) est au cœur des représentations des slasheurs.

         

 

Conclusion : portrait type du slasheur médiatique

Quel portrait type du slasheur peut-on dresser à la vue de ces différente représentations ? Une personne jeune, assumant la pluriactivité de manière épanouie ou zen, cumulant  des activités ou bien sur un mode wonder-worker (costume-cravate-attaché-case-montre-café) ou bien sur un mode happy-life (danse, mode, guitare…).

Un portrait type qui écarte une partie non anecdotique des travailleurs pluri-actifs :

  • Les plus de 50 ans
  • Les pluri-actifs par contrainte qui subissent la pluri-activité pour des raisons alimentaires
  • Les agriculteurs, artisans, saisonniers, etc. pas spécifiquement branchés sur leur smartphone

Défi graphiste et défi photographe : renouveler le stock…

Post Author: La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *